Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


You'll never talk alone...

Publié par ¤Fil@ment¤ sur 20 Novembre 2010, 08:32am

Catégories : #*Fou d'aises & foutaises*

           (Sissel Kyrkjebø - You`ll Never Walk Alone)

       (c) sisselfan /YouTube (d'après R.Rodgers & O. Hammerstein)

 

 

LETTRE OUVERTE AUX FERMES D'ESPRIT

 

          Une fois n'est pas coutume, moi, Philippe, auteur de ce blog à vocation honteusement pseudo-littéraire, je vais parler en mode hyper-énervé. Il y a une foule de choses immondes qui me répugnent et me navrent en ce bas monde, mais je n'ai jamais souhaité l'aborder ici, ça n'entrait pas dans le cadre de l'endroit, que je voulais comme une fenêtre sur le rêve, l'évasion, l'Ailleurs... Ici est pour moi l'univers par lequel je fuis la réalité qui est la mienne, la nôtre, la vôtre, celle que chacun voudrait un instant oublier pour rejoindre des cieux "autres", différents; pas forcément plus cléments, mais simplement différents.

          Le rapport avec mon agacement du moment ? Hé bien, j'en ai marre de me taire.  Marre de toute cette hypocrisie latente, de cette paranoïa collective, de cette bienséance inouïe, de ce "politiquement correct" à tous les niveaux qui endort les masses pour mieux sodomiser leur conscience. Et, parmi toutes les pilules que j'en ai assez d'avaler, c'est celle du racisme neuronal. Ou plutôt, de ces moindres recoins où les accusations calomnieuses vont se loger. Voici le dernier exemple en date : hier, innocemment et en toute bonne foi, je vais sur un site de ‘chat’ habituel, où je crée un "salon", comme je le fais souvent et avec à chaque fois un intitulé qui se veut humoristique, ou poétique, ou aigri, selon l'humeur. Mais TOUJOURS décalé. Hier, je me suis cru spirituel en ouvrant un « salon "Spécial Aït-el-Khebir : Décime-moi un mouton ». D'accord, avec le recul je peux concevoir que ça ait pu être interprété de travers, ou même que certains aient pu se sentir insultés. Néanmoins, je réclame et j'invoque la liberté de parole. Alors je vais mettre certaines choses au clair. Et peu m'importe si je dois parler seul avec mon incompréhension, mes désillusions et mes espoirs sans cesse bafoués d'un monde plus juste. Parler seul et à personne : je fais ça mieux que personne. But I'll never talk nor walk alone...

          Raciste, moi ? Absolument : exclusivement et viscéralement envers les intolérants de tous bords, notamment tous ceux qui me sont tombés dessus hier à coups de tirades vengeresses et d'une rare violence verbale, sans même chercher à s'enquérir au préalable de ma démarche. Oui, je suis raciste envers ces moralisateurs de TOUS BORDS qui pensent détenir la seule et unique vérité qui puisse calmer les "masses laborieuses et populaires". Je n'ai pas créé ces taudis dans lesquels végètent ceux qui sont susceptibles d'être insultés, mais j'y habite, donc je peux en parler, de vos cités: ils y ont même incendié un collège à deux-cents mètres de chez moi récemment, alors oui, je connais la problématique, et non je ne fais aucun amalgame !  Et tous ceux qui parlent au nom de quelque mouvement que ce soit, de droite comme de gauche, combien sont-ils à avoir réellement habité ces endroits qu'ils croient protéger au nom de la paix sociale ?!? Qui êtes-vous pour parler d'intolérance, alors que vous ne tolérez que votre bonne parole ? Que savez-vous de mon cœur, de mon histoire et de mes aspirations, pour oser venir m’agresser et décréter sans sommations que je suis raciste, alors que c'est tout ce qui me révulse ?!? Dans vos bureaux, dans vos ministères, dans les couloirs feutrés de vos ligues, quelle température indiquent vos thermomètres, et à partir de quel degré de bêtise et de provocation décrétez-vous que la France est en danger ? Je ne cautionnerai jamais le racisme et l'intolérance, sous toutes ces formes, alors concevez que je ne cautionne pas la vôtre, vous qui sous couvert de fraternité-égalité-foutaises vous arrogez le droit de dicter la moindre de nos pensées, paroles et actions. Raciste, moi ? Mais bien entendu et même plus que jamais contre ces directeurs de conscience de tout poil qui ont pris le contrôle des appareils de pensée pour asséner quelle vérité est acceptable, et quelle couleuvre on doit avaler.

          Raciste moi ? Mais voyons, cela va de soi : j'ai grandi sur une île, loin de votre catéchisme de bon aloi, qui a pour nom La Réunion, et qui porte superbement bien son nom : sur ce lopin de terre que je porte à tout jamais dans mon cœur, il y vit des gens qui ont plus de couleurs que certains de vous n'ont de neurones. Et j'ai bien dit "couleurs", je n'ai pas écrit "race". Car jusqu'à preuve du contraire, la seule race qui existe est la race humaine. Oui, des "couleurs", issues des mélanges dont seule la nature a le secret. Des couleurs, bordel, qui me font fondre  de plaisir et d'émotion à chaque fois que je vois une photo de mes neveux et nièces, qui y sont retournés, et qui illuminent le quotidien si irrémédiablement gris de vos journaux et de vos "buzzs" à sensation, si prompts à catégoriser les gens sur la seule base d'une idiotie ou d'une distraction du moment (voir les propos dits "scabreux" de Florent Pagny.. à ce compte-là, moi qui n'aime pas spécialement le rap, je ne pourrai même plus dire que je n'en suis pas fan : car, si on part du principe que le rap est plutôt un registre musical qu'affectionnent les classes que vous nommez "populaires" (alors que vous pensez "plèbe", n'est-ce pas ?), je serai inévitablement accusé de raciste. Mais où va-t-on ?!? C'est mon droit de ne pas être attiré par cette musique ! C'est mon droit de chambrer mon petit frère qui a pris la fâcheuse habitude de parler une langue bizarre, apprise entre deux immeubles, tout comme c'est son droit de me remettre à ma place en me répondant que c'est sa vie ! Où est le racisme là-dedans ?!?

          Je vous vois, périodiquement, venir avec vos gros sabots et des semi-remorques entières de matériaux de construction, pour des opérations de "déconstruction", comme vous dîtes, ou de ravalement des façades de nos immeubles; je vous vois, si fiers et si persuadés de votre humanisme absolument pas teinté de condescendance, venir signer des papiers, parler dans un micro, adopter une attitude protocolaire qui doit vous rassurer le soir, quand vous rentrez chez vous, dans votre maison aussi embourgeoisée que votre conscience... mais, nom d'une République, ce ne sont pas les immeubles qu'il faut rénover, ce sont vos discours ! Ce ne sont pas les façades qu'il faut ravaler, c'est bien votre politique ! Arrêtez de prendre les "non-nantis" pour des vermines potentielles qu'il faut absolument rassasier à coups de R.M.I ou de "ségrégation positive" : donnez une chance à l'humain, à la tolérance et à la foi inébranlable que certains ont encore de voir un monde rempli d'autres gens que ceux qui s'octroient le titre de Ministres de la Bonne Pensée Publique. Vous avez fait de ces quartiers des zones de non-droit en distribuant des  coupons à outrance au lieu de proposer un emploi et un logement dignes de ce nom à chaque citoyen : voyez le résultat ! VOUS, qui que vous soyez, de droite comme de gauche, de quelles que confession et origine socialo-ethnico-prétexte que ce soient, VOUS avez créé ces situations en instaurant une République des Assistés, alors démerdez-vous autrement pour sortir de ce marasme, mais ne venez pas donner des leçons de morale à tout bout de champ sous prétexte qu'il ya des choses qu'il ne vaut mieux pas dire pour ne pas offenser telle ou telle communauté. Je m'en fous, des communautés, ça n'apporte rien, les communautés, si ce n'est à s'exclure davantage, à  cloisonner toujours plus, à catégoriser comme vous aimez si bien le faire, et à rendre encore plus bellicistes des pans entiers de la population ! VOUS avez légitimé par votre silence la montée des colères, justifiées et ras-le-burlesques, et vous pensez colmater des brèches de plus en plus béantes en instaurant des délits de paroles aussi idiots que sectaires ?!? Mais qui sont les vrais racistes, en définitive ? Qui tolère moins Autrui, finalement ? Ceux qui ont encore dans leur cœur une parcelle immuable de confiance en l'homme et d'humanisme, ou ceux qui distillent des leçons de savoir-vivre aux populaces de la République tout en piquant dans les caisses de cette dernière ???? Mais bon dieu, basta !

          Raciste, moi... Si j'étais aussi "beauf" que certains individus que je croise tout le long du jour, oui, j'aurais des milliers de raisons de l'être. Pourtant, que ça vous plaise ou pas, que vous me croyiez ou pas, je me connais mieux que personne, mieux que vous en tous les cas, et je sais, depuis toujours, ce que me raconte mon cœur. Je ne ressens pas de haine pour mes semblables, quelle que soit leur couleur; je ne ressens que du dégoût pour les injustices, les abus, les calomnies, les violences gratuites, les accusations mensongères, etc. (la liste serait trop longue). Et, accessoirement, je ressens de la colère trop longtemps contenue envers les errements de tous ceux qui pensent diriger le monde avec un chèque et une bonne parole. Je sais bien que je parle dans le vent, qu'il faut taire les voix discordantes, se montrer inflexible avec la majorité silencieuse, mais non... Cessez de juger à l'emporte-pièce la moindre pensée décalée, la moindre parole qui serait sujette à caution, le moindre humour politiquement incorrect. Cessez d'interpréter comme foncièrement raciste la moindre allusion à l'être humain. Des racistes, oui, il y en a, même dans mon quartier, et même sur cette île où j'ai grandi : on ne sondera ni ne changera jamais le cœur des hommes contre leur gré. Mais de là à faire de tout un pays un peuple de racistes... s'il vous plaît, fermez vos gueules au lieu de sortir des bêtises plus grosses que votre intelligence. Fermez-la et ne l'ouvrez que lorsque c'est justifié et avéré, mais ne tirez pas sur tout ce qui bouge. Car autrement, je vous garantis que cette majorité silencieuse, cette portion grandissante de la France qui en a plus qu'assez de cette paranoïa ambiante tous azimuts qui épie ses moindres faits et gestes, elle renoncera à croire en un monde possiblement meilleur. Je sais pour moi ce que je ne ferai pas, mais je sais aussi pour d'autres, que j'entends CHAQUE JOUR, ce qu'ils feront : le geste qu'ils ne se seraient jamais crus capables de faire.

          Pour ma part, la dernière fois que j'ai voté, c'était en mai 2002, et c'était pour empêcher que mon pays ne bascule dans un fascisme légal. Pour la première fois de ma vie, j'avais voté "à droite", juste pour ne pas que passe la droite extrême. Je ne voterai plus jamais, je sais pourquoi et tant pis pour moi si c’est idiot, je connais le discours là-dessus. Mais je puis parler au nom de ces Autres que je fréquente quotidiennement, et qui n’ont pas ni ma plume ni sans doute encore mon dégoût profond : vous voyez, à trop vouloir diriger les consciences, vous allez faire basculer une République entière, et vous n'aurez à vous en prendre qu'à vous-même.... mais vous vous dédouanerez, comme d’habitude ! Et si ceux qui vous succèdent vous en laissent le droit : tout comme aujourd'hui vous êtes si prompts à décréter que telle parole est anticonstitutionnelle et telle autre est républiquement condamnable, ceux qui attendent de prendre votre place seront prompts à vous indiquer le chemin des frontières de la francitude. Et ils ne se cantonneront pas à la seule "couleur" des populations, ils regarderont aussi à votre "couleur" politique, culturelle, sexuelle, et j'en passe. L'Histoire peut se répéter sans cesse, et le monde, depuis qu'il est monde, a payé un lourd tribut pour le savoir. Alors, pour l’amour du ciel, laissez-nous notre liberté de penser, comme dirait l'autre. Cessez de nous juger de façon lapidaire, péremptoire, clinique, radicale : vous en devenez plus "raciste" que les vrais intolérants. Dont je ne serai jamais, ne vous en déplaise : I'll never walk alone. Nor will I talk alone. Et mort aux cons !! (ça, pour le coup, c'est de l'intolérance !).

          Je ré-écoute cette chanson, merveilleuse, qui est devenue l'hymne officiel de plusieurs clubs de football, dont Liverpool, une légende. Je relis ces paroles, qui parlent d'espérance, de persévérance et d'abnégation. Et j'extrapole alors, comme souvent, car au-delà de ce message personnel, j'y lis un message à portée universelle. J'y vois des promesses d'amitié entre les peuples, de communion, de tolérance et de partage. Et je me dis soudain qu'il faut revenir à la triste mais si grinçante et prégnante réalité : cette société est presque définitivement malade. Malade de ses ribambelles de "dirigeants" qui, à tous les niveaux et de tous temps, tous bords, s'érigent en docteurs ès-"bien-pensance", et refusent de réaliser qu'ils se sont trompés de serment d'Hippocrate. Cette société est presque irrémédiablement vouée à l'extinction, tant elle souffre de ses perpétuels sermons d'hypocrites qui engendrent la décadence, et qui font les êtres anarchiques et les pays belliqueux. Tout ça pour le prix d'un consensus et d'une prétendue paix sociale, cette "pax populi" qui, décidément, sera, aux yeux de certains, toujours préférable à la "vox populi"… J'en suis malade... Le consensus... Mais bien sûr ! Alors peut-être que moi aussi, un jour, je serai consensuel en même temps ! Mais d'ici là, je ne changerai pas mon cœur. Jamais. Car il n'est raciste qu'envers la bêtise quotidienne et relayée systématiquement par tous les canaux, cette bêtise affligeante depuis longtemps érigée en système politique, économique et culturel. Ne vous en déplaise, I'll newer walk alone. Should I have to talk lonely.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

thierry.d 22/11/2010 12:35



Total respect !



Phoceane 21/11/2010 00:45



(PS:Crois le si tu veux mais j'aime beaucoup Sissel..peut être un rapport avec Liverpool va savoir,Viola n'a qu'à bien se tenir;))



¤Fil@ment¤ 21/11/2010 04:58



Hé hé, comme quoi mes choix musicaux ne sont pas systématiquyement "pourris", hein ?  C'est ce que j'aime , sur
l'Internet : la découverte et le partage. Et rien que pr ce qu'il m'a fait connaître en musique ou en pinture ou ds domaine plus général de l'Art et de la Connaissance, je remercie le dieu Gogol,
le dieu Wikipédiatre, le dieu.. euh... non j'allais dire une connerie :)


Bises, Mc Aïe.. et poignet de main à ton sapeur philanthrope ainsi qu'à Mathias.. j'ai parlé de lui à ma cop' Susan B. : elle s'impatiente.. :-)



Phoceane 21/11/2010 00:41



Si il est un billet qui n'a rien de "brouillon" comme tu l'estimes bien trop souvent,c'est bien celui là,tu es une sacrée belle personne Philippe,ne change jamais
et merci d'être là.



¤Fil@ment¤ 21/11/2010 05:03



Oui, peut-être, ms comme je te l'ai dit par ailleurs "en direct" là où tu sais, personne ne le lira, et ne retiendra que les "Oui je suis raciste", point-barre, sans prendre la peine de
comprendre avant d'expédier son "avis" qui sera forcément définitif.


Quant au "sacrée belle personne"... oulah... mon dieu, veut-elle se faire offrir une portion des Calanques ?! ça me touche, mais c'est trop d'honneur, injustifié qui plus est... Non, tu as tort :
c'est moi qui suis chanceux de te 'connaître', et que tu me supportes depuis tant d'années.



LotCotéSabloné 20/11/2010 16:01



je suis toujours en colère, pour le même genre de sujet écrit ci-dessus. D'ailleurs, je ne suis plus le boa, je suis
devenue le "Molosse" pour le poteau en agent massif, car je mords souvent , depuis quelques temps... d'ailleurs, si j'arrivais à faire marcher ce satané dictaphone, je serais pire que toi dans ma
façon de lancer leur merde à leur tête à tous ces cons



¤Fil@ment¤ 21/11/2010 05:13



Parce que tu es ma petite maman et que je sais mieux que quiconque ce que tu as dû traverser, et traverser encore aujourd'hui, pour survivre dans ce monde d'ingrats, d'incompétents et de censeurs
de tous acabits, je connais et comprends ta colère. Je t'ai déjà écrit et maintes fois dit ce que j'en pensais, et notamment ds le mél de ce matin (merci pr la relecture, au passage !). Nous
n'allons rien changer au monde qui explose, mais nous n'exploserons pas avec lui.


Même si je ne suis pas le fils le plus facile à vivre parfois, tu es la personne qui me comprends le mieux, même et surtout quand je me tais, et je mesure le bonheur qu'il y a  à savoir
aller au-delà des différends.. ou des différences, pr en revenir au sujet ! Au diable les intolérants, les ayatollahs du discours, les évêques du jugement, les politiciens de pacotille, et tous
ces terroristes de l'âme.


Bises au boa et à son poteau rattaché et attachant qui, et je l'envie souvent, sait si froidement et fièrement "fulctuat nec mergitur'...  Seuls ceux comme lui pourront survivre à la
lente délcinaison de notre planète en totale décomposition !!!






Nous sommes sociaux !