Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


'Une Vie' de maux passant.

Publié par ¤Fil@ment¤ sur 9 Juillet 2009, 19:34pm

Catégories : #{Des rasoirs dérisoires}



Une vie n’est pas faite pour avoir mal à chaque instant,
Pas faite pour se regarder le nombril du monde,
Pas faite pour se plaindre de tout, tout le temps,
Pour se faire piétiner, jeter, critiquer, rapiécer.
Une vie n’est pas faite pour gueuler que tout fout le camp,
Pas faite pour supporter les conneries des uns et des autres,
Pas faite pour dire amen aux emmerdes de Babylone,
Pour se mettre à genoux devant le dieu Argent,
Pour tendre l’autre joue après chaque coup reçu,
Et attendre le prochain avec crainte et de presque joie.

Une vie n’est pas faite pour n’avoir rien à espérer,
Pas faite pour toujours donner sans jamais rien recevoir,
Pas faite pour rêver que demain risque d’être pire qu’aujourd’hui,
Qui lui-même était déjà moins bien qu’hier,
Pas faite pour appliquer des méthodes Coué,
Des politiques de l’autruche et des faux-fuyants permanents,
Pas faite pour toujours entendre les remarques désobligeantes,
Craindre les qu’en-dira-t’on, les m’as-tu-vu et les va-te-faire-foutre.
Pas faite pour avoir toujours à se justifier, argumenter, expertiser,
A donner son avis, quémander une aide ou prendre acte de...;

Une vie n’est pas faite pour se regarder crever à petits feux sans rien dire,
Pas faite pour accepter de rendre les armes sans se battre,
Pas faite pour pactiser avec le vide et le silence,
Pas faite pour combler du néant avec d’autres néants encore plus bruyants,
Pour oublier ses déboires dans des trêves illusoires et des ersatz de bonheur,
Pour se voiler la face avec des parodies d’évasions, des artifices du mieux,
Pour ne se voir que dans les miroirs grossissants et éviter les glaces authentiques,
Et sans cesse se demander qui, de l’image projetée ou de soi,
Est le plus à plaindre, et qui ment  le mieux à l’autre.

Une vie n’est pas faite pour se poser cent mille questions,

Pas faite pour se contenter des réponses qui nous arrangent,
Pas faite pour ne pas trouver de réponses satisfaisantes,
Pas faite pour n’en obtenir que des possibilités de merveilleux,
Des probabilités d’un meilleur à venir ou d’un pire en devenir,
Des chances de voir venir et des portes de sortie comme  ultimes issues de secours,
Des angles carrés et des tournent en rond de quadratures du cercle vicieux.

Une vie n’est pas faite pour aligner sans fin des mots sur des pages blanches,

Pas faite pour débiter des âneries et escompter que les autres adhèrent,
Pas faite pour chercher des excuses, des exutoires, des défouloirs et des boucs émissaires,
Trouver des raisons, des motifs, des coupables, des pis-aller,
Pas faite pour tuer le temps en attendant qu’il nous tue,
Pour rester dans son coin de peur que le loup n’y soit,
Ou pour rejoindre un troupeau pour se donner une identité, un sens, une contenance.
Pas faite pour tolérer devant et massacrer derrière,
Dire je t’aime à un amour pour mieux sauter toutes les âmes qui vivent,
Vouloir qu’on pense à nous pour en même temps maudire son voisin,
Exiger des présences et réclamer du calme et de la solitude,
Prôner du partage à tous les étages et bouffer tout seul son pain quotidien,
Nettoyer son paillasson tout en salissant les réputations,
Jouer les anges de salon et se comporter comme un salaud.

Une vie n’est pas faite pour des prières routinières, des espérances merdiques,

Des attentes superflues, des dentelles sans concessions,
Pas faite pour les mensonges à demi-mots, les non-dits sans contredits,
Les promesses faciles, les solidarités hypocrites, les amitiés factices,
Pas faite pour les lendemains qui déchantent et des présents qui chantent faux,
Les nostalgies fumeuses et les échéances statiques,
Les constructions faméliques et les espoirs cliniques,
Pour les on-verra-bien quand tout le monde est aveugle,
Les je-vous-ai-entendu  quand tout le monde est sourd,
Les nous-vous-comprenons quand tout le monde est idiot,
Les je-serai-toujours-là-pour-toi quand tout le monde est absent.

Une vie n’est pas faite pour soudoyer, fourvoyer, noyer, broyer,

Pas faite pour subir, supporter, accepter, mordre la poussière,
Pas faite pour les faibles d’esprit et les forts en thème,
Pour les crêve-la-faim et les mots de la fin,
Les débuts charmeurs et les terminaisons nerveuses,
Les doux rêveurs et les durs à cuire,
Les dessous-de-table et les dessous des habits qui se voient  mieux dessus,
Les suceurs de boules et les boules Quiès qu’on met comme des capotes,
Les œillères bon marché et les marchés des yeux qui brillent,
Les rouleurs de mécanique et les mécaniques bien huilées,
Les vendeurs de rêves et les rêveurs qui vendraient même leur mère,
Les soleils de minuit et les nuits sans lune de miel,
Les ……


... Une vie n’est pas faite pour oser pondre des lignes connes comme celles-là,

Une vie c’est fait pour vivre, du mieux possible,
Et crever, le mieux possible également, en n’ayant pour seul regret
Que cette vie n’ait pas été plus longue, et mieux remplie,
Mais il n’y a pas de place pour le regret dans une vie,
Qui n’est faite que pour y vivre, y vivre en grand,
En ayant bien conscience qu’elle ne nous appartient
Que le jour où elle nous échappe.
Inutile d’en trop demander, il faut savoir se contenter de peu,
Ce peu qui est tout et qui ne mène à rien d’autre qu’à la crevaison,
En se contentant de ce qu’on a, qui est déjà un putain de beaucoup :
Dans une vie, comme le dirait  Lao Tseu,
« Connaître qu’assez est assez, c’est se garantir un perpétuel assez ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !