Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


Tout baigne entre les gouttes...

Publié par ¤Fil@ment¤ sur 1 Novembre 2010, 17:59pm

Catégories : #*Fou d'aises & foutaises*

                                                                                           (Trust - Antisocial)

 

         Je crois qu’on s’est tout dit : mariés depuis un jour, chômeurs depuis six mois, et cons depuis toujours. On ne s’appartient plus, la vie nous appartient, on a rempli le trou qui nous servait de monde et de champ de bataille. On va porter l’anneau le restant de nos jours, la nuit l’enlèvera partout où nous saurons dévêtir le silence et rhabiller l'ennui ; on fera mieux l’amour les 29 février, on paiera pour le lit tout le reste du temps. On ira au marché acheter un enfant, ou deux selon besoin, et on l’élèvera à coups de somnifères, d’écrans et de fumettes, de football et de bières, de rap et de consoles, et du dieu TF1. Mais rien ne nous console, tout nous est accordé, et ce qu’on n’aura pas, e-bay nous l’offrira, Hotmail nous le dira, Facebook sera témoin. On n’aura pas le temps de voir le temps passer, et dieu sait s’il en passe, des cons dans notre vie. On ira quémander de quoi nous sustenter dans les restos du cœur, de quoi nous amuser  dans la fête à l’Huma, de quoi nous éduquer sur Zemmour sur Google, et de quoi nous tringler à la télé-poubelle, les soirs de grande écoute. Et si on ne sait pas comment bien faire tout ça, on n’aura qu’à chercher un coach assermenté par des poupées gonflables, pour nous apprendre à tuer les gens mieux que le temps.

 

          On s’est vraiment tout dit, le jour où on a mis le doigt dans la machine - utile autant qu’un cul - de l’express éphémère, de la mode à tout-va, du vide à chaque étage, du people et du sniff; un cerveau sur You-Tube, un autre sur canal, un troisième au frigo, un dernier sur Twitter. Mais fort heureusement, on sera plus de deux pour former un neurone, on aura bien besoin des yeux de la planète, endormie comme nous, pour accomplir l’Histoire et la rendre si lisse, aseptisée et fière, vêtue de l’uniforme envié de la bêtise, assise à notre gauche, à poil à notre droite, ou gerbant au milieu. Et quand on aura marre –si un jour ça nous prend -, on vendra nos enfants pour racheter nos mères, mais on se rendra compte, entre une pipe ou deux, qu’on a fumé l’ancêtre, et tous les souvenirs qui vont si bien avec. On cherchera alors à nos doigts épousés, de quoi nous raccrocher à la fange alentour sans risquer de tomber plus bas que notre merde, inconsolée, rêveuse, et si rafraîchissante. Si belle à regarder circuler dans l’e-monde.

          Je n'étais qu'un poète inoffensif et bête, et voilà le rebelle ingrat et dépassé, que je suis devenu à vouloir ressembler aux innombrables nains qui se croient gigantesques, alors qu'ils sont montés sur des tonnes d'échasses, pour pouvoir mieux péter plus haut que leur Q.I. Mais qu'ils soient rassurés : ça aussi je sais faire, autant que mes semblables. Sept milliards de génies transformés en moutons, et pas un vrai bon dieu, un seul foutu berger, pour savoir les guider ailleurs que dans le mur.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !