Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


Syndrome de l'Alphabêtise (2)

Publié par ¤Fil@ment¤ sur 27 Octobre 2010, 18:00pm

Catégories : #*Fou d'aises & foutaises*, #[Syndromes de l'Alphabêtise], #Avenant aux con*trats... vaillants, #Fou Aliénor !, #Peintures de l'Aube - La Folie des Glandeurs

 (No Doubt - I'm Just a Girl)

 

 

[[[ Note : Ceci n'est pas nécessairement une suite logique au premier opus (accessible ici), mais plutôt un pendant "féminin" au massacre en règle  de certains représentants de la gent masculine. Car, finalement : à parité, parité et demie, non ? *_* Il va de soi - pourtant il vaut mieux le préciser ! - que ce qui suit n'est pas à prendre au premier degré (encore que... !), et que cela n'exprime pas une opinion générale sur le sexe dit faible (pour ma part, je crois qu'il est tout sauf "faible"... en tous les cas, il est autrement plus intelligent que celui auquel j'ai l'heur et/ou le déshonneur d'appartenir !) Inutile donc, pour des yeux faussement outrés, de solliciter l'intervention divine des déesses du M.L.F, des Femen sous hormones post-atomiques et autres syndicats pour des causes féministeries totalement à côté de la plaque : il n'y a pas mort d'homme, enfin de femme, en l'occurrence ! ]]]

 

 

            Matthieu, mon mari, a une tendresse particulière pour les siliconées du neurone. J'ignore d'où ça lui vient, sans doute de moi, peut-être de sa mère ou de toute autre cochonne bionique ; ou alors, plus certainement, de toutes ces icônes que l'on voit en boucle à la télévision, dans les magazines, sur les affiches publicitaires, et qu'il croise même sûrement à son bureau. Pour ma part, si j'en ai pris mon parti au bout de cinq ans de mariage (que j'assimilerais davantage à du cocu-binage cérébral, en espérant que ça n'ait jamais été au-delà... mais peut-on savoir, avec ces mâles biaisés de partout ?!?), je n'en suis pas moins restée une observatrice attentive de l'évolution aguicheuse de la douce engeance femelle. OMG ! L'évolution ?! Mouais... Si la théorie éponyme stipule que l'être vivant s'adapte toujours de la meilleure des façons à son environnement immédiat, alors mon compagnon sera inévitablement émasculé par mes soins. Car, Darwin ou pas, mon bien-aimé partageur du lit conjugal a de plus en plus tendance à s'enticher d'authentiques greluches aussi interchangeables que des rouleaux de papier hygiénique - mais toujours "pour rigoler", m'assure-t-il en affichant son sourire le plus sincère ; en réalité une moue libidineuse horrible, à vous faire regretter les fois où il vous broute la savane avec son museau de fouine et son groin de phacochère...-.

         Le fait est qu'il a ce don, qui m'horripile au plus haut point et m'épile les orties vaginales au plus bas, de ne savoir s'acoquiner "en pensée" (tu parles...) qu'avec exclusivement tout ce que je déteste chez mes concitoyennes du clitoris et néanmoins consœurs imposées par la nature. Est-ce viscéral chez moi, ou une lubie post-freudienne, toujours est-il en vérité que je ne tiens pas en haute estime ces rapaces en jupons, ces chattes en chaleur permanente, ces rats musqués dociles comme des ragondins au parfum aussi musc-kézako ? que leur pensée est peu musclée. Une vraie bétaillère pour zoophiles qui s'ignorent, quand j'y pense... Et je déplore qu'il ne se trouve personne d'un tant soit peu politiquement incorrect pour leur rappeler que, dans le règne animal, les rats passent et les chats rognent. Alors autant que ce soit moi, leur amie intime, la confidente favorite des couineuses pathétiques, qui leur fasse la leçon sur la bonne façon de poser son postérieur droit quelque part sans risquer de déchirer la partie gauche, chose qui ne risque pas d'arriver avec leurs hémisphères cérébraux (pour certaines, il s'agirait plutôt de "jémisphères", si j'en juge par leur capacité étonnante à faire chier même les bidets des toilettes...). Autant que ce soit moi qui me sacrifie joyeusement en faisant preuve d'un amour inconsidéré pour les pétasses fleuries et les amazones nyctalopes habillées de latex de la tête aux fesses : je serai autrement plus utile, et surtout plus objective, que mon benêt de Matthieu, cet ahuri contemplatif qui me sert de mari relativement plus d'une fois par mois.

          Ainsi, dorénavant, mon cher époux, je veillerai personnellement à ce que tu évites de t'intoxiquer les gonades, fûsse-ce "en pensée," avec toutes ces tordues du cunnilinombril, ces ménopausées du neurone au discours si enjôleur... surtout quand elles daignent fermer leur gueule ; au vocabulaire plus écourté que leur mise en pli ; aux silhouettes plus effilées que la lame du couteau dont je finirai bien par me servir pour en écharper une ; aux décolletés plus profonds que les gorges du Grand Canyon, et aux sous-vêtements tellement affriolants qu'ils risquent bien d'accélérer le réchauffement climatique. Á ce propos, et de façon générale, je trouve que les filles (et de plus en plus tôt dans leur carrière de tarentules montées sur talons-aiguilles) s'habillent de manière toujours plus provocatrice, toujours plus "chériiiiii, mate mon string gruyère, t'aurais pas vu où est passé mon cul par hasard ?". Je veux bien qu'elles se soient depuis longtemps émancipées au point de savoir faire des fellations en 3D bien avant de connaître l'anatomie d'une éponge ou d'un fer à repasser, mais il y a des limites à  l'incompétence mammaire, que diable ! En réalité, cette prétendue libéralisation tous azimuts, pour tenir coûte que coûte à se mettre au même niveau que la faune masculine, n'a finalement débouché que sur un  pathétique nivellement par le bas-ventre, une émancipation de la connerie généralisée : j'en veux pour preuve le comportement hystérico-gynéco-pouffiasse de ces demoiselles, épaisses comme une tête d'épingle anorexique, qui s'imaginent commander l'homme parce qu'elles occupent de "hautes fonctions" dans la galaxie du culbuto-business contemporain. Alors qu'en définitive elles ne font que reproduire les mêmes saloperies phallocrates qu'elles étaient supposées combattre à l'origine ! Tsssss. Quelle ironie... Ce que j'en ai ma claque de ces pisseuses mécaniques, de ces peroxydées du trou-de-balle, de ces intraveineuses du popotin universel. Ce que je ne supporte plus ces maniaques du rimmel vaginal, ces fashion-victuailles plus guindées qu'un 14 juillet, ces poupées au cul gonflable et au cerveau rétractable ; ces jouvencelles bodybuildées de parfums technicolors et au Q.I. de fiente de moineaux. Vraiment, j'en viens à regretter l'époque bénie où la femme était encore l'avenir de l'homme : aujourd'hui, elle en serait davantage l'apocalypse inéluctable, la responsable plus ou moins consciente de la disparition de l'Homo Viagratus. Clairement, la castratrice décolorée de l'ordre physiologique immémorialement établi par dame Nature dans sa douce clairvoyance primitive. Car, tout insipide et idiot que puisse être un possesseur de quéquette farcie, cela me semble moins dangereux que ces armées de pets-de-nonnes préformatées, ces statues de peinture multicolores et biseautées de partout (à faire passer Picasso pour une austère marque de confiture, non mais vous vous rendez comte ?!?) ; ces lobotomisées du bonnet 360°C qui ont tellement abusé de l'open-bar qu'elles se sont fabriquées des préservatifs neuro-nycthémères pour préserver leur cerveau des attaques extérieures à leur néant intérieur.

          Je ne sais si un jour une pétasse moins édulcorée que les autres aura un éclair de génie sans que cela lui fasse trop mal aux fesses, mais j'ose espérer qu'il viendra une sylphide surdouée pour enfin réaliser que le temps des gamineries gynocrates est révolu. Rien ne sert de jouer les perverties du système pileux, et d'en dénoncer les débordements fesse-bouqués. Crier au feu quand on a soi-même allumé la mèche en créant un pas-de-tir de missiles nucléaires dans son fondement, c'est la marque suprême du mode très contemporain du foutage-de-gueule uniformisé par les langues de potiches endiablées, les mi-putes mi-soumises aux arguments plus creux que l'encéphalogramme d'un gagnant de Secret Hystéry (chose a priori impossible.. et pourtant !). Alors, toi mon Mari, toi mon Matou, toi mon Matthieu qui cherches ton chemin parmi tous ces trous perdus de l'univers, n'escompte pas de trouver un GPS sur le téton d'une conne sophistiquée ; ne t'imagine pas devenir astrologue en écoutant les jappements soporifiques de ces Vierges-ascendant-Salopes ; et ne te crois pas obligé d'apprendre ta langue maternelle à ces blondasses slaves en leur faisant répéter mot-à-mot les mouvements de la marée dans leur bouche extensible ; ne viens pas non plus me demander sans fin la permission de te parler la bouche pleine : je ne peux pas m'occuper de deux cons en même temps, si tu vois ce que je veux dire... (m'étonnerait : tu sembles avoir chopé de façon irrémédiable le gène de la stupidité lubrique que ces prêtresses de la luxure t'ont insufflé à l'insu de leur conscience. Et tu écris ce mot comme il te plaira, je suis écœurée de ces cyprinettes sous cellophane qui garnissent les rayons du supermarché mondial du stupre et du néant intégral).

...

          ... Amen, l'ère des pucelles du cerveau va bientôt s'achever ; je ne veux même pas savoir qui se chargera de dépuceler leur unique neurone, mais j'ai bon espoir que Matthieu n'y soit pas pour rien, cela signifierait que je sois enfin parvenue à lui ouvrir les yeux et à les remettre en face des bons trous. Je commençais à sérieusement désespérer du renouveau de la femelle Vraie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Phoceane 28/10/2010 03:38



:) J'espère que tu ne pensais pas à Ema dans cette débauche misogyne de la nouvelle ère pseudo-rebelle du matuvu!


Juste excellent,comme d'hab quoi..envoie ça à Bigart il t'embauche sur le champ;) (même si je ne suis pas fan à la base)


Bises tendres!(si si:))


 



¤Fil@ment¤ 29/10/2010 00:58



Misogyne, moi ? Non, plutôt misanthrope ! Ou carrément asocial. A N T I S O C I A A A A LLLLL


Ema, cékisettpouff ?!? Ah oui, mon avatar préféré sur SL (Super Libido).. Ayé, j'érectionne du cheveu !


Alors, comme ça toi non plus tu n'aimes pas cette génération "pseuudo-rebelle du m'as-tu-vu" ? Etonnant.. Toi, si douce et si tolérante... hi hi hi (PS : promis l'ironie n'est pas là où tu penses
!! [merci le smail en live pr le rajout a posteriori qui fait vachement spontané, hein.. ]


J't'embrasse sur les... Calanques *_*



Nous sommes sociaux !