Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


Retour de flamme...

Publié par ¤Fil@ment¤ sur 17 Juillet 2010, 15:37pm

Catégories : #Whoever I am not

  (©Muse - Live avec intro. harmonica "Il était une fois dans l'Ouest" :  Knights of Cydonia, @ Vieilles-Charrues 2010)

 

 

          Peut-être que si tu avais été là, j'aurais pu braver cette pluie redondante, ce vent régulier, cette boue pâteuse, cette tente que j'avais oublié d'acheter, ces types plus bourrés que dix Gainsbourg, ces contrôles et ces fouilles incessants, ces queues interminables pour le moindre simple petit "faire" (manger, boire, toilettes, renseignements, ...). Peut-être que si tu avais voulu m'accompagner, je serais resté jusqu'au bout, comme prévu, que je me serais rappelé combien j'aimais festoyer jusqu'au bout de la nuit, lorsque j'avais 20 ans, au son de toutes les musiques, oui, TOUTES les musiques ! Ainsi, ce soir-là, avant Matthew et ses acolytes, j'avais applaudi ce groupe français qui chante en anglais (une mode, il semblerait), Revolver, -une belle découverte, je l'avoue- ; j'avais apprécié Jacques Dutronc, toujours égal à lui-même -un éternel dandy, ce type- ; et après Matthew, je me suis "fini" au son électro-techno de je ne sais plus qui, et ni la pluie ni ma santé flageolante n'ont eu raison de mon hochement de tête lobotomisé à 300 b.p.m ! Ce cher Fred L. n'aurait pas renié ce  beat-là, mais lui non plus n'avait pas voulu m'accompagner : tant pis, les absents ont (presque) toujours tort !

          Et donc, avant comme après, je m'en mettais plein les oreilles autant que dans les yeux, mais puisque j'étais avant tout venu pour enfin voir ceux que j'avais ratés pour diverses raisons pendant les trois années précédentes, c'était sûr : j'allais enfin pouvoir dire que "j'y étais", et même ajouter, comme un certain Thierry Roland dans une autre dimension, "qu'après avoir vu ça, on pouvait mourir tranquille" : je ne suis pas mort tranquille, bien au contraire, mais ça ne m'a pas étonné plus qu'un dixième de seconde, j'ai toujours su que je raterais ma mort, et même mes morts ! Alors je me suis concentré sur la vie présente, un poncho sur mon corps délabré et grelottant d'avoir trop attendu pour m'en procurer un (merci le barnum rouge : une heure de pluie en moins, une heure de claustrophobie en plus, dans la foule agglutinée sur chaque cm² de non-boue). Et la présente vie me commandait de tenir coûte que coûte, surtout à 23 h passés lorsque la pluie tenace semblait avoir raison des essais que menait l'ami Matthew : des rumeurs d'annulation !!! Hein ??? WhatZeTruc ??? Attends, là, tu ne crois quand même pas que j'ai supporté toutes ces fins de non-recevoir depuis des lustres (et je ne parle même pas de l'expédition qu'a été ce voyage depuis jeudi matin, à la gare d'ici), pour venir m'échouer là, à 100 mètres de la scène, à me contenter des bousculades de types qui devaient avoir plus d'alcool dans les veines que de sang, à accepter que la "Sekurität" m'ait délesté de mon parapluie, de mes bouteilles d'eau en plastique, de ma canette d'Orangina rouge, de ce flacon de parfum à 75€ qu'on m'avait offert (à moi qui n'ai jamais acheté autre chose que de la fragrance du pauvre ! Désolé, p'tit frère, ils m'ont piqué ton cadeau) et j'en passe; à maudire sans fin et sans utilité ce temps d'une Bretagne cliché avéré, et à me compromettre dans la fumée de cigarettes mélangées à d'autre fumées qui auraient suffi à rendre malade un Jimmy Hendrix pourtant adepte de la chose ?! Non non, Matt, tu es là, tu y restes, et tu assures !!

Et, nom d'un scaphandre blanc (sympa, ton costume d'entrée sur scène !), tu as assuré, "grave" comme disent les djeun's : même la boue frissonnait, même l'herbe fangeuse résonnait de ce son sidéral, et même ces types dégueulasses et totalement irrespectueux m'apparaissaient soudain comme mes frères ! C'est sûr, à présent, je peux mourir mille gouttes de pluie à la main, la météo s'incline devant le génie absolu. Je sais, je sais, d'aucuns diront que j'exagère, que je manque de discernement, que ceci ou que cela, que le son du début qui faisait l'originalité de ce trio a disparu, laissant le pas à de la musique purement commerciale, etc. etc. : qu'importe, il faudra bien des décennies avant que l'on se rende compte de leur apport, mais je n'ai pas l'intention de vivre jusque là pour en avoir la preuve : je suis mort ce soir-là avec ma vérité à moi, mais j'ai tellement de vies que je risque encore de venir hanter des discussions partiales à ce sujet.. mais ça, nous en reparlerons, amis habituels qui se reconnaîtront... ou pas ! Je n'ai jamais su mourir 'tranquille' !

          Tu vois, si tu avais été là, je sais que l'harmonica de "Il était une fois dans l'Ouest", que nous a joué Dominique, t'aurait fait te demander dans quelle sphère tu avais atterri : aux premières notes, je savais que c'était une intro pour Knights of Cydonia, et quoi de mieux que ce titre pour finir en beauté. Tu ne sauras jamais ce que tu as loupé, comme tu ne louperas jamais ce que tu n'as pas su. Forcément, c'est une évidence à l'élégance aussi redondante que sans objet. Sans objet. Tu sais pourquoi. Enfin, tu aurais su, si tu avais daigné respirer, juste un soir, sortir d'un rêve, quitte à y retourner de façon définitive ensuite, et m'accompagner, au moins pour cela : c'était l'occasion ou jamais, toi seule savais pourquoi. Même ça, tu me l'as volé. Que veux-tu que je définisse après ça ? Quelle vision pourrais-je encore accorder encore lorsqu'on me (re)demandera ce que j'aime dans la vie, ce genre de questions à l'originalité douteuse mais à l'obligation presque bienséante... Non. Je refuse. Tu m'as pourri le partage, et si j'avais été moins pleutre, je l'aurais sans doute dit à Matthew, qui en aurait fait une chanson, et j'y aurais mis mon grain de sel, parce que je puis être un génie, moi aussi, mais il n'y a que le silence pour s'en rendre compte ! Las... Je ne sais même plus jouer de l'harmonica, je fume trop, n'est-ce pas ? Où es-tu pour me rappeler que ma santé t'est plus importante que ton amnésie de bonheurs ? Je t'en veux, tu sais : s'il y avait un moment pour être à mes côtés, un instant d'éternité où tu te DEVAIS de partager le même air vicié que moi, c'était bien ce soir-là. Pour une somme de raisons qui n'ont presque plus rien à voir avec Muse, ni même avec la musique, ni même avec mes innombrables pérégrinations depuis dix ou vingt ans : écoute ce feu, bon sang ! Écoute la flamme vacillante.....

..... C'est pour ça que j'ai dû rentrer en urgence. Je savais que tu n'y brûlais pas plus que moi. Les dés étaient pipés avant même que la pluie ne vienne éteindre un incendie qui n'existait pas. Sais-tu depuis combien de temps elle vacille, cette étincelle de toi éparpillée dans mon cosmos ? Si, si, rappelle-toi : elle a voyagé dans mes valises vers tous ces horizons où je t'ai déposée. Bien sûr, tu n'as plus de mémoire. Non, plus de mémoire, pas même pour ce futur dont je connais déjà la moindre parcelle d'inexactitude : je suis mort plus de fois que tu as disparu. Que tu es disparue. Que tu n'en as idée. Que tu imagines la pluie pénétrer le brouillard de tes yeux apatrides. Ces yeux qui m'ont toujours attiré, parce qu'ils étaient, précisément, sans frontières. Telle est ma vie, telle est ma musique, telle est mon histoire, et telle est ma mort cette fois encore. Alors écoute, nom d'un crachin breton ! : "♪ ♫No one's gonna take me aliiiiive... The time has come to make things riiiiiiiight...♪♫You and I must fight for ou riiiiiiiiights.... ♪You and I must fight to surviiiive...♫" ....Tu parles ! Tu m'as encore laissé tout seul : je vais vraiment finir par ne plus t'en vouloir...

          Mouais... Chevalier obstiné de la pluie troubadour, je m'en persuade : rien que pour ce morceau-là, ça valait vraiment le détour. Alors qu'est-ce que ça aurait été, si tu avais été là... J'aurais pu être, j'aurais été... un New Born ! *_*

 (© Muse -  New Born, Carhaix 2010)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JP.M 14/08/2010 11:59



Salut, merci pour ces articles et le clip de Muse, un très bon groupe, bon week end
JPaul (le ptit fou de Kim Wilde lolll)



¤Fil@ment¤ 23/08/2010 17:38



Oui, je t'avais bien 'reconnu', tu es le Brice de Nice amoureux de Kim Wilde


C'est gentil à toi de me remercier pr les 'articles', qui feraient hurler de rire un Philippe Manoeuvre ou tout autre critique musical digne de ce nom... Ce qui est rassurant (?) pour moi, c'est
que j'ai au moins un lecteur.. Donc, "merci" à toi, épicétou *_*



JP.M 05/08/2010 13:15



Salut, merci pour ton article, juste un mot pour te dire que KIM sort son album fin août, à bientôt, JP.M 



¤Fil@ment¤ 07/08/2010 06:20



Merci pr l'info JP, bon w-e



N3utrin@ 19/07/2010 14:38



Ton Lionel, j'ai dû demander à Google qui c'est, inculte comme je suis. Tu as vu une star donc ! :p


Merci pour le non-cassage, tu vois, je me risque même à répondre une deuxième fois !


Et merci Muse... *chantonne*


 



N3eutrin@ 17/07/2010 17:59



J'aurais aimé y être, mais tu m'en aurais voulu, je sauve les meubles !


Et puis le commercial à du bon, s'il nous emmène @illeurs... Une chose de moins dans la liste des choses à faire !


 



¤Fil@ment¤ 18/07/2010 20:35



Comme je te l'ai dit, c'aurait été une occasion magnifique de discourir sur la vie, mine de rien... *_*


Et non, tu n'as pas été 'cassée', même si me démange : et la p'tite culotte, bordel ?!? euh...


Des nouvelles de ton Chat ? Je t'ai dit que j'ai croisé Lionel Chamoulaud à Guingamp ? Il avait un chat cendré en laisse, il allait prendre le même TGV que moi, sauf que lui allait à
Panam pr tourner un épisode des Aristochats à Stade 2. Maintenant que j'y repense, il ressemblait à ton minou... le chat, hein, pas Lionel... Quoi que, il n'est plus tout neuf. Et.. euh.. ton
minou, je parlais du chat, hein. Mais bien sûr !


* sort *



Nous sommes sociaux !