Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


pH neutre

Publié par Fil@ment sur 3 Novembre 2009, 18:22pm

Catégories : #Whoever I am not


Ce café est trop froid, depuis que tu me meurs :
En total aparté, je cause avec le vent,
pendant que le chat miaule et qu'il ne crève plus ;
Le silence est ton roi, est-il une tumeur,
un don d'éternité, un psy ou un divan ?
Ma bouteille est de gnôle, qui ne se remplit plus
que d'amours et d'os rêches : j'ai gagné au Loto,
mais tu n'en savais rien, tu étais en voyage
au bout de ma cervelle, au milieu des champs d'ail ;
Où as-tu mis la crèche et la tête à Toto,
ce si blond bon Aryen éduqué au pillage ?
On n'a plus de nouvelles, un film d'épouvantails,
comme on sait enfourner, mais l'acteur est mauvais,
à moins que ce soit l'heure où sortent les grivoises,
une roue de secours : voilà ce qu'on cherchait !
Ne pas se retourner sur la mer qu'on rêvait,
pour se trouver à leurres, et tares, on apprivoise,
mais était-ce un concours où seul le temps trichait ?

Juste une parenthèse, encore et à jamais,
toujours sur le carreau, à masturber le vide ;
Aimons nos souvenirs, souvenons-nous d'aimer,
jusqu'à être fous d'aise aux projets qu'on gommait,
quand j'étais le bourreau, et toi douce sylphide,
trépassés à venir - la haine à essaimer.


L'équinoxe ivre-sang de l'automne effeuillé :
ton cœur est en orbite autour de ton enfance ;
le mien est un con nu, déphasé résiduel ;
Plus rien ne nous ressent, l'envie est endeuillée,
l'attente en mort subite accueille cent défenses,
mais la seule avenue échoit à l'habituel :
As-tu éteint la lampe où croule ton génie ?
Tel facteur passera déposer un baiser
sur le front de mes nuits, mais tu ignorais quand
t’agripper à la hampe à corps télégénie :
Le temps entassera nos ombres apaisées
et se mourra d'ennui de nous savoir clinquants ;
Et s'il se murmurait comme une antique antienne,
une odieuse prière à dresser sur l'autel
de nos vies anaphores ? C'est fou ce qu'on semait
lorsque je m'emmurais, tant que ton règne tienne
à ma veine ouvrière, érigée en cautèle,
là où gît mon effort pour apprendre à t'aimer.

Parenthèse dernière, puisqu'il est trop usant
de s'asseoir à la table où dîne le silence,
maîtresse de maison en guise de convive
égaré sans tanière, tombé sur le jusant,
et qui rend fréquentable un cœur en sibilance :
C'est la fin de saison, l'instant qui se ravive.


La règle est détestable autant que sans issue :
Nos mésons sont instables. Tu l'avais toujours su.



(...)

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D

Bin si KuSeK lit çà, il va pas être content...
bon, à demain mais fodré mi trouv' à ou plus bon'heur' car mi na rv (pas ek KuSeK) côté la gare, mais sinon, ni artrouv Quick SinMaclou 16h30, le 1er y arriv, y attend' lé zot


Répondre
M

T'inquiètes pas pour Léo et autres miniboys and girls... J'aime bien me balader sur certains blogs mais concernant Rico Refroidi, j'ai juste lu les comms et j'aime pas que des gens jugent les
autres et nous on ne sait pas ce qu'ils valent... Rebelle, je suis..


Répondre
F

En même tps, hein, tu te serais fait mal aux yeux, au point de me déshériter, me renier, et même pire : me faire survivre à 2012... (ouais je sais : j'en abuse.. ms puisqu'on a trouvé un filon,
hein... Sauf que moi je n'en retire aucun émolument !)
A demain... peut-être (je viens à l'instant de décommander un rencart avec Cul-Sec, donc tu sais à quoi tu t'exposes... )
Biz à Don Pedro de los Tapiros


S

belle prose ! d'accord, il doit être sur les mêmes cîmes que toi, Kevin..Moi, je suis à ras des pâquerettes
(d'où viennent tous ces accents circonflexes : 3 sur une ligne , j'ai fait fort, là)  


Répondre
F

C'est l'accent créole, obligé !
BiZ, amitiés à Don Francisco de los Tapiros (!)


K

belle prose


Répondre
F

ça me fait penser que je n'ai pas vu la tienne depuis belle lurette...


Nous sommes sociaux !