Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


Oiseau-Lyre

Publié par ¤Fil@ment¤ sur 9 Juillet 2009, 19:37pm

Catégories : #Souven@nces ()


          Rien ne nous fait plus mal qu'un bien qu'on n'a pas fait -

          Vous avez toujours rebondi, et sans doute continuerez-vous; seriez-vous cet oiseau rare avec du plomb dans l'aile, mais pas dans la cervelle, non non non, fût-elle de moineau de ce moine déshabillé par la pluie de ses indivisibles yeux ? Un oiseau toujours libre, capturé par le vent, détaché des nuages, envoyé des étoiles, et aux ailes de plomb, et poussé par l'Avent ? Oui, vous êtes bien cet oiseau sans elle, l'oiseau de nulle augure, un oiseau bleu azur, le volatile futile, vola-t-il jamais haut, bien plus haut qu'ici-bas, qui a volé vers trop de Toi sans chaumières, y a laissé des plumes, des séquelles, des blessures, ... 
Qui ne se referment pas, mais à leur façon, elles vous fortifient, et vous éloignent du monde : vous déploierez vos ailes, vous volerez vers Alguién, vers d'autres cieux cléments, puisque vous prétendez être l'oiseau rare, à la queue empaillée, au bec sans becquetée, et aux ailes de plomb, et passons... Vous clamez : 'Je ne peux pas mourir, j'étais là avant vous, et y serai après, les ailes de l'espoir, de paix et d'amplitude, de l'insconscient humain; je ne peux pas mourir : je suis déjà vivant.' Quelqu'un peut-il décemment vous croire, ou ne vous adressez-vous qu'à votre indomptable silence; ce silence qui, mieux que vos paroles délabrées, parle mieux de votre absence que toutes ces lunes où vous avez éclairé le sillage de ces cieux fallacieux où vos ailes ont accroché les nuages. De plomb. Et puisque vous avez plu, ils sont tombés, bien après vous cependant, car vous étiez plus léger que le poids de vos souvenirs sanctifiés par la prière des ombres.
          Venez donc crever sincèrement avec les fantômes de votre avenir : ils n'attendent plus que votre présence pour justifier l'écho du néant dans les ondes de vos rêves abrutis.
(...)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !