Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


Le Soleil il fait de l'ombre à mon Papa...

Publié par Dark Vadormir sur 21 Octobre 2009, 18:05pm

Catégories : #Souven@nces ()

                                                                     (Lluis Llac - L'Estaca, Barcelona 1985)
 

Une "affaire" parmi tant d'autres... Une de plus dans la longue anthologie de l'ignoble et de l'inhumain; et celle-ci ne devrait pas me toucher plus que d'autres, puisque je me suis persuadé que j'étais suffisamment blindé pour n'avoir pas à pouvoir tout supporter sans rien ressentir. Pourtant j'ai voulu lui dédier une lettre qu'elle n'écrira jamais. Qu'elle aurait pu écrire, mais qu'elle n'écrira pas. Qu'elle lira, peut-être, là où elle se trouve.. et elle y est sûrement mieux que sous une dalle de béton. Repose en paix, petite fille.

 

        Je m'appelle Marina, j'ai huit ans, et je vous écris depuis un container où mon papa il m'a ensevelie depuis un mois.(j’ai lu ce mot dans les journaux, « ensevelie », je me demande ce que ça veut dire, mais je trouve marrant, hi hi c’est mignon, hein ?) En fait, je crois que je suis morte, mais je sais que ma photographie est dans toutes vos mémoires. C’est très gentil à vous, je n’ai pas l’habitude (enfin, je n’avais pas…) que l’on s’intéresse à moi. En général je recevais plus de coups que de câlins, alors ça me fait tout drôle de voir tous ces gens qui se rappellent que je n’ai pas toujours habité ce container. Promis ! Moi je n’ai pas peur... Ici il fait froid, il n’y a pas beaucoup de lumière et je n’entends pas beaucoup de bruits au dehors....
 ... Mais  j’ai même pas peur, non non, j’ai appris par mon papa que la peur était la pas nage des faibles, il me disait ça souvent quand il testait sa dernière ceinture sur mes petites fesses toutes bleues par les caresses de son amour (je me souviens qu’un jour, un docteur avait dit à ma maman que normalement mes fesses elles devraient être d’une autre couleur, mais moi je sais pas, elles ont jamais eu le temps de connaître l’arc-en-ciel, et puis donc je peux pas dire…).  Alors, voilà, moi je veux pas être l'appât nage des faibles. Excusez-moi je sais pas comment ça s'écrit... D'ailleurs je sais même pas ce que ça veut dire... Mais au moins je sais le bruit que ça fait, et ça fait très très mal. Mais j'ai pas peur. Non, j’ai pas peur. Je suis une grande fille (mon papa il me dit ça souvent), alors j’ai pas peur d’avoir mal. Parce que c’est mal d’avoir peur. C’est très mal, mais ça fait moins mal que d'avoir peur du soleil. Et moi, le soleil, j'adore ça. C'est chouette, le soleil, hein que c'est vrai ? Tiens, y a un monsieur qui prend une photo de mon papa. Et un autre encore. Et encore un autre ! Mon papa il est célèbre, et moi ça me fait penser à cette publicité  que j’aimais bien sur l’envie rone mens (ce mot-là aussi, moi je trouve qu’il est beau, mais ça s’écrit comment ?!? hi hi c’est drôle des fois, les mots…) . Tu vois pas laquelle, de pub, monsieur ? mais si tu sais, celle où un petit garçon il a la chance d’avoir un papa superman, et même qu’y en a aussi une autre où c’est une petite fille que c’est son papa superman, avec la serviette qu’on aurait dit la cape, et tout.. c’était beau, hein, dis ?...     
... Ben comme ça il aura tout plein de photos, mon papa. Je suis contente pour lui. Mais où il va mettre tout ça ?  Je crois pas qu’il pourra les amener avec lui, les journaux ont dit qu’il avait changé de maison, maintenant il habite à la maison d’art et danger, je sais pas où c’est mais ça a l’air loin… Plus loin que notre maison en tout cas, plus loin que son travail, plus loin que le makdonal, plus loin que les colles, plus loin que tout en fait, mais en vrai je sais pas où je suis maintenant, donc je suis plus sûre que ce soit aussi loin ou encore plus près. Par contre, je suis près d’étouffer, c’est bizarre il fait froid et moi ma gorge elle a chaud. Et puis dis, t’as vu monsieur, moi je sais la différence entre « près » et « prêt », t’as vu hein ? Ma maîtresse elle était trop contente, et puis moi aussi, mais pas mon papa, mon papa il était tout le temps en colère contre moi, j’ai jamais  su pourquoi… Je crois qu’il m’aimait trop, en fait, oui ça doit être ça, parce que sinon il ne m’aurait pas laissée toute seule ici dans le noir avec l’écho tout bizarre de ce container en ferraille pourrie comme seul joujou. Et moi je voudrais ma poupée...

 

... Oh, zut, ma poupée !J’espère qu’elle a pas trop froid, j’ai oublié de lui donner à manger avant de partir. Je me demande si elle va se faire gronder elle aussi.. Non non, moi quand je serai grande je gronderai jamais mes enfants, ça fait trop mal. Mais je veux pas qu’elle ait peur, ma poupée. Elle aura pas peur, jamais, ben non, c’est moi sa maman. En fait maintenant faut juste que je trouve son papa. Mais je le vois pas ici, il fait si noir qu’on dirait la fois où j’avais fait pipi sur le soleil et que ça l’avait éteint, quand mon papa il m’avait montré les bonnes manières mais c’étaient jamais les mêmes, alors moi j’ai jamais su qui c’était, et puis j’ai mal à la tête, ma poupée me manque, je veux ma maman, je veux ma maman, zut faut pas que j’aie peur. Et ces messieurs qui arrêtent pas de prendre des photos de mon papa.

          Moi j’en ai assez des photos, je suis fatiguée, je crois que je vais vomir.. .Mais non, t’es folle ! Tu vas encore te faire gronder ! Mes frères et sœurs souvent ils me disaient ça, et là j’ai pas envie de me faire gronder. Et oui je suis folle, même les journaux ils le savent. Je suis folle du soleil, c'est grave ça Monsieur ?  Tu vas pas me gronder pour ça, hein dis ? Mais je vais pas me faire gronder, non non. Faut juste pas que j’aie peur, ça je sais, mais là tout de suite j’ai trop froid, je comprends pas pourquoi, c’est l’été encore, y avait du soleil ce matin quand mon papa il m’a emmenée visiter son travail. Et moi, j’adore trop ça, le soleil. Ma maîtresse à l’école elle dit que le soleil c'est lui qui a donné la vie sur la planète. Et que c’est le soleil aussi qui a donné l’avis sur tout, partout dans lune hiver, moi j’adorais quand elle nous parlait de tout ça, j’ai hâte de retourner en classe pour ça, moi j’aime pas beaucoup le calcul et puis le français et aussi les fois où mon papa il fait de l’algèbre sur mes fesses avec le martinet. Mais j’ai eu une bonne note en conjugaison, alors pourquoi que mon papa il conjugue toujours le verbe gronder au présent de l’indicatif ? Moi je préfèrerais le conditionnel, ou alors l’imparfait. Ah non, le passé ! C’est bien, ça, le passé composé, non ? Mais mon papa il aime pas le passé, il dit qu’il faut assurer l’avenir de ses enfants, d’ailleurs je l’entends toujours dire que je manque d’assurance, que les autres ils assurent et que moi j’ai besoin d’une bonne correction pour plus avoir peur. J’ai plus peur depuis longtemps tu sais, papa, zut il pleut dehors, j’entends les gouttes, mais pourquoi tu m’as emmenée ici, dis, c’est maman qui va venir me chercher, hein dis ? Papa steplê j’ai froid et j’ai chaud en même temps, je peux rallumer la lumière, dis ? Tu dis à maman de ramener ma poupée quand elle passera me chercher, hein papa, tu lui diras, papa s’il te plaît papa ? Papa j’ai mal, j’crois que je vais encore faire pipi, papa pardonne-moi mais j’ai trop mal, je sais même plus comment je dois pleurer, papa arrête tu me fais mal, papa je t’aime, papa…

 

          ... Faut que je pense au soleil. Ma maîtresse elle m’a montré le soleil, plus qu’une fois. Elle est gentille, ma maîtresse. Elle pleure jamais, je sais pas pourquoi. Mais elle aime voir le soleil. Moi aussi. J’aime trop ça, le soleil. L’été j’aime bien, parce que c’est là qu’il tape le plus. Mais il a jamais tapé aussi fort que mon papa. Que j’aime et qui n’a plus de maison maintenant.  Moi ma maison un jour, ce sera le soleil. On parie qu’il y fait moins froid qu’ici ? Je sais pas en fait.. Je suis fatiguée, et puis j’me sens pas bien… D’ailleurs j’ai plus d’encre pour vous écrire, je dois partir je pense, maman elle est pas venue me chercher, j’ai pas ma poupée avec moi, j’crois que je préfèrerais encore me faire gronder par mon papa que rester là. Papa viens me frapper, j’ai moins mal qu’ici. Et puis promis, je pisserai plus sur le soleil. Parce que lui, il frappera jamais aussi fort que toi, et moi je t’aime, j’aime le soleil, et toi, dis mon papa, t’aimes le soleil toi papa ?

Hein c'est vrai que tu m'aimes tout fort ? Comme le soleil, hein papa ? Pleure pas, papa, je le ferai briller encore plus fort pour toi. Mais...Pourquoi que tu vas à l’ombre ?

Le Soleil il fait de l'ombre à mon Papa...

Mon papa maintenant il est à l'ombre, ils l'ont dit dans les journaux.

Et moi  j'ai un doute sur qui des deux tapait plus fort, en fait..

          Non, y a vraiment"plus l'ombre d'un doute" (comme elle disait la dame  avec des lunettes bizarres à l'accueil l'autre jour) : mon papa il m'aimera toujours. Même s'il durera moins longtemps que le soleil. Le soleil lui il est éternel  (chic, encore un mot tout drôle) comme ma poupée et comme la mort et comme ma photo et comme..
C'est fou comme je me ressemble comme mon ombre, hein le soleil ? Et moi je ne suis plus que l'ombre de lui m'aime encore, hein Papa ?

Je vous aime tous.
Mais là je dois aller aimer le soleil.



M@rin@
*_* Lol Bisous xxx =(^x^)=

(En mémoire de Marina X., 2001-2009.)

Et de tous ces enfants perdus.

Toutes ces âmes effacées.

Et de... kissa la tap' Yoyo ?!?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P

..(s)


Répondre
N

Vole, vole, mon amour,
Puisque le sien a été trop lourd
Quitte ta peau de misère,
Va retrouver la lumière...


Répondre
M

je l'ai mis sur le blog.
Je ne commente pas : trop de souffrances. Merci pour elle, pour eux et ....


Répondre

Nous sommes sociaux !