Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


Horoscope du jour, horreurscoop toujours.

Publié par ¤Fil@ment¤ sur 1 Juillet 2009, 20:00pm

Catégories : #*Fou d'aises & foutaises*

   
Tu as voulu savoir l'horoscope du jour … 
C'est donc qu'il va pleuvoir sur chacun des 'bonjour' 
que tu adresseras à ces passants qui passent, 
où tu caresseras ces espoirs qui trépassent !  
Tu voudras approcher tous ces pensants qui pensent, 
- ceux qui t'ont reproché ton penchant pour la panse ! 
Tu baigneras dans l’huile, autant que dans l’amer, 
tes innombrables tuiles, indéfectibles mères 
qui t’ont toujours porté en leur sein-te-n’y-touche, 
sans jamais t’apporter leurs fusils sans cartouches ! 
Tu maudiras les cieux de n’être pas remplis 
de tes vers sentencieux, mais des bleus de l’oubli !

 
Veux-tu toujours savoir ce qu'il t'arrivera 
que tu n'aies le pouvoir du qui vivra verra ?! 
Pour ta gouverne alors, prends-toi ça dans les dents ! 
du mors, dedans, sans l'or - en berne cependant : 
tu auras quinze enfants, faits de bric et de broc, 
des troupeaux d'éléphants qui te mettront en troc 
contre un jeu vidéo, et contre toute attente, 
un vertige des hauts : appuie sur la détente ! 
Cent femmes tu auras, et autant de freluches : 
aucune ne pourra se traiter de greluches ! 
Et dans tes vains foyers, les rentiers passeront 
réclamer cent loyers, dix dentiers et un rond !


Tu as voulu savoir, alors tu vas connaître 
le cul qu'il faut avoir pour apprendre à renaître ! 
Tu montreras ta queue, pour qu’on te la compare, 
et tu feras la queue, pour qu’on te la répare ! 
Tu donneras du grain à moudre aux imbéciles 
qui pensent que " ça craint " de passer pour fossiles ! 
Quand tu voudras noyer tes chagrins dans l’alcool, 
l’État va t’envoyer de quoi poser tes colles ! 
On te demandera : ‘Que fais-tu dans la vie ?’ 
Et toi tu répondras : ‘je donne mon avis 
Sur le n’importe quoi formé du rien du tout ! 
Peu m’importe, narquois, ce tout ou rien partout; 
je ne suis qu’un chanteur des demains qui déchantent, 
un vilain enchanteur des chemins qui tout-chantent !


Et tu iras toujours de l'avant du derrière 
aux creux des petits jours, direction la fourrière ! 
Tu te feras baiser par cent mille antilopes 
au rire déniaisé de raves nyctalopes ! 
Et à propos de rêve, tu peux toujours courir 
pour attendre une trêve à la pince sang rire ! 
Il faut aussi noter que tu as de la chance 
(on peut même ajouter qu'il s'agit d'une urgence !) : 
tu auras des grossesses - nerveuses mais subites ! - 
où tu riras sans cesse à des monts qui t'habitent ! 
Et il se peut aussi que tu mènes des guerres 
aux fronts déjà occis : ceux de champs de naguère ! 
Mais tu récolteras plus d'ers que de médailles 
quand tu écouteras le doux bruit des chants d'ail ! 
Tu chercheras l'engin qu'il faut pour le silence, 
mais n'auras pour vagin que la sotte insolence !
Tu prieras qu'on t'aime autrement qu'en pensée, 
or là n'est pas le thème astralement pioncé !


Tu veux toujours savoir ce que sera demain ? 
Alors prends ton bavoir, et trace ton chemin  : 
des sentiers par milliers, des routes par centaines, 
des connards familiers, des airs croque-mitaines ! 
Et tu avaleras les plus grosses couleuvres 
quant tu dévaleras les pentes des hors-d’œuvres 
qui te seront offerts en présents imparfaits, 
comme chefs-d’œuvre à faire aux passés trop parfaits ! 
Et tu diras amen à tous les dieux possibles, 
pourvu qu’on te ramène aux adieux impassibles ! 
Tu voudras oublier, l’espace d’un poireau, 
ton fichu tablier de sublime blaireau ! 
Tu raseras les murs plutôt que ta moustache, 
qui souvent te murmure : "tu n’es qu’une pistache !", 
cette tâche de pisse au beau milieu d’un lit 
qui te cloue à l’hospice où sombre ta folie : 
et tu voudras savoir, même dans ce néant, 
si c’était ton devoir de finir Fée-Néant !



Annonce la couleur du beau ciel qu'il fera : 
énonce la douleur du sel qu'on y mettra ! 
Épuise tes soupirs au royaume des cons, 
et puise à son empire un ultime picon 
de brune et d’âcre bière à la jolie faconde, 
comme une mise en bierre à la folie Joconde !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !