Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


Bilan à mi-mandat

Publié par ¤Fil@ment¤ sur 9 Avril 2011, 07:06am

Catégories : #{Des rasoirs dérisoires}

           C'est bien la première fois que je tiens un blog aussi longtemps, habituellement on divorçait au bout de trois mois de vie commune ou de vide commun...  Là, je ne sais pas ce qu'il se passe avec celui-ci. Justin mot d'amour, et hop, on va bientôt fêter nos noces de baobab (correspondants à dix-huit mois  de mariage sans meurtre conjugal. Ne cherchez pas sur Gogol, ces noces-là sont barbares !) Et puisque nous fêtons ensemble notre longévité qui aura survécu à un remaniement ministériel, je vais procéder à un petit exercice, non pas de style mais plutôt de "bilan". Parce que j'en ai envie, que le moment s'y prête, et que je vous emmerde.. euh non, pardon, que je m'emmerde !

          Voici donc listées ci-après, et par ordre croissant de préférence zoophile, les inepties ayant rencontré le plus de succès chez les Inuits, chez les castors et chez Susan Boyle, ma gracile copine-malgré-elle :

          10) The Eyes Of The... Tigresse !  : La biographie romantalo-sentimentique de mon chat, qui se trouve aujourd'hui être finalement la seule femme de ma vie qui ait tenu aussi longtemps à mes côtés. Bon, j'avoue qu'à la différence des autres, je ne lui ai pas laissé le choix...

          9) La Princesse de Neige : Parce qu'elle m'a été inspirée par un flocon, ou plutôt une floconne, qui avec le recul s'est révélée être davantage "conne" que "flots" (non, Flo n'est pas le diminutif de son prénom, mais "rance" lui irait bien aussi.. Et non je ne me venge pas publiquement d'une ex : cette Princesse n'a, en vérité, existé exclusivement que dans mes pensées.. qui sont bien souvent floconneuses, je le concède !).

          8) L'Empreinte de Personne -  : Pour une fois, c'est court, ça se lit le temps d'un sandwich sarkozien et ça ne donne pas la migraine (encore que...). Mais, surtout, je l'ai choisi parce qu'il marque le début de ma faim d'inepties, jamais étanchée depuis, et je doute qu'elle le soit jamais ! Le texte date de quelques années, et si à l'époque j'avais su que je finirais soûlant ascendant sobre, je me serais mis à l'alcool et j'aurais appelé ce blog Licence IV. A la vôtre !

          7) – DéRéLICTION – : Parce que j'aime bien le mot; qu'à mes yeux il n'a aucune valeur religieuse, et que je suis souvent perdu... D'ailleurs, si je devais lui trouver un sens religieux, et étant donné la définition première de ce mot, je verrais les Evangiles autrement : Dieu a sans doute aimé le Monde de façon suffisamment érotique pour constater que nous étions 'achement égarés sans lui, et envisager de nous envoyer de l'aide. Malheureusement, il ne disposait pas du GPS, ce qui explique qu'il nous ait refilé par erreur un fiston (encore une erreur de la nature... divine de Dieu ?)  qui aimait tellement se donner en spectacle qu'il alla jusqu'à se viander sur une croix simplement pour participer à un apéro-géant. De nos jours, un tel phénomène décrocherait haut-la-main les votes de publics star-académiciens. Ou pire : il finirait dans un gouvernement, qu'il soit de droite ou de gauche.... (mais aux dernières nouvelles, le rejeton divin a atterri à la sainte Droite de Dieu.. de là à penser que Dieu reconduit les Roms à la frontière.. les voies du Seigneur sont décidément impénétrables.. et ses frontières infranchissables !)

          6) Sauvé de la naïade : Parce que mon meilleur ami l'a lu et qu'il a beaucoup aimé : il ne peut qu'avoir raison, puisqu'il est aveugle.

          5) L’autre Moitié du Monde. : Parce que - et c'est souvent le cas dans les laxatifs que je publie ici - plusieurs personnes ont pensé que je m'adressais à quelqu'un de particulier. Eh bien non, je ne vise personne !  Pas plus que dans la  pseudo-suite  d'ailleurs, encore moins dans le troisième volet, qui est encore en gestation prolongée dans le placenta de mon cerveau fossilisé.

          4) Slave to Freedom : Parce que... même s'il ne veut absolument rien dire, comme du reste la plupart de ce que je donne à lire, il est, à mes yeux - certes un peu (beaucoup) barrés -, le résumé contemplatif de ma façon d'écrire, tout comme cette autre absconsitude qu'est "Memorandum", l'Oasis dans le Geyser . En résumé et si j'ai bien compris les échos - rares mais intenses - que j'en ai eus via Eric Nolleaulita : au bout de deux lignes on a envie de tuer ses voisins de dépit parce qu'on ne peut pas tuer l'auteur de ces textes imbuvables. Et ça me va : je n'ai pas prévu de périr par d'autres mains que les miennes !

          3) Syndrome de l'Alphabêtise : Ah, l'une de mes fiertés cannibalistiques. Avec son frère pas jumeau du tout , ils parlent de la classe la plus représentative et la plus recherchée de toutes les composantes humanoïdes : les cons. A titre personnel, je suis heureux d'en faire partie, et même de m'auto-proclamer porte-parole officieux de la connitude absolue. Amen.

          2) Rencontre du troisième type (!!! Attention : Contenu adulte !!!) : Parce que, selon les statistiques délivrées par la Matrix de ce blog, 95% des internautes qui sont arrivés sur cette page avaient au préalable déposé une délicate et philanthrope requête à l'ami Gogol, formulée en des termes aussi diversement (a)variés que prodigieusement  sensibles; au hasard : "salope qui lèche"; "trou pour adulte" (??); "un truc qui défonce sa race lol" (!!!); "anal jvé tla mèttr profon" (en "séfran" dans le texte !); etc etc. Je reste béat d'admiration devant la prose et l'inspiration élégiaque qui émanent de ces requêtes... et en suis encore à me demander pourquoi diable ces chers poètes du sphincter  finissent inévitablement toujours par atterrir ici. Le pouvoir cosmique de la Googlaxie, sans doute !

          1) (Ravalement de passade...) : Mon préféré parmi toutes les divagations dont je suis coupable. Non pas pour le message à caractère subliminal qu'il instille, mais pour la chute absolument lumineuse du texte : en effet, j'y endors guillettement le lecteur tout le long d'un discours fumeux, dans seul le but fallacieux de l'emmener vers la toute fin du programme. Ce qui explique qu'il doive attendre de s'être farci toute une somme d'insanités monumentales pour enfin avoir droit aux deux plus beaux alexandrins de la langue française. En tout cas moi, ça m'émeut le neu-neurone. Si si, m'en suis toujours pas remis, des années après ^_^

 

         Voilà... De l'art de savoir (?) faire du neuf avec du vieux, ou comment remplir tout un 'nouvel' article avec des vieilleries fades et éculées ! Que voulez-vous : lorsque le menu est peu appétissant, c'est qu'on repasse les plats aux convives pour contempler les cons morts... par les plats réchauffés. Gasppppp ! Cela dit, et plus sérieusmeent, si quelqu'un se demande encore pourquoi je persiste à vouloir "écrire" alors que  je me sais pertinemment et irrémédiablement réfractaire à toute logique et à tout talent quel qu'il soit, il peut effectivement m'inviter à consulter d'urgence (je parle par expérience !), ou me conseiller de m'obliger à épargner aux yeux "normaux" le pensum de me lire. Mais il peut aussi, et peut-être surtout, se rendre à cette adresse afin d'avoir une vue d'ensemble de mon néant d'écrivance, puis à cette autre  s'il n'est toujours pas décédé de dépit : je tâche d'y expliquer, objectivement et sobrement (mais pas "brièvement", ça je n'ai jamais su faire, et je le déplore...), ma propre quête sur le fait d'Ecrire, et sur le chemin à prendre pour y parvenir. Je ne désespère pas de réussir à me comprendre un jour, et "écrire", s'il ne m'aide pas, tout au moins ne m'en empêche pas...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !