Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


"... que tous nous veuille absoudre !" (2)

Publié par Philament sur 29 Juillet 2015, 01:44am

Catégories : #Avenant aux con*trats... vaillants, #"... que tous nous veuille absoudre !"

Crédit pour l'illustration sonore : © Les Infidèles - "Les larmes et des maux" - via YouTube

 

          Je suis la fille aux sandales de pluie qui emmerde le monde comme c'est pas permis. Qui n'a cure de ce qu'elle peut avoir à payer, à attendre, à promettre ou à croire. Je n'ai qu'une vie à gâcher, que m'importe qu'on vive d'autres voies toutes tracées à ma place : j'ai choisi d'être la royale chieuse qui croupit dans les têtes des âmes bien-pensantes, ou qui gît et cogite sous les lits des pisse-droit à l'urine psycho-rigide.

          Je suis cette enfant aux sabots de poussière qui virevolte dans les nimbes du "n'importe quoi" qui vous effraie ; dans les vapeurs liquoreuses du "n'importe où" qui ne s'offrira jamais à vous ; dans les silences du "n'importe quand" qui vous donne l'heure quand vous ne la demandez pas ; dans les bassesses innocentes du "n'importe qui" qui vous échappe, vous indiffère ou vous met mal à l'aise. Je suis l'essence-même de ce qui parcourt l'échine de vos aspirations les plus intimes, celles que vous n'aurez jamais à voir se réaliser, parce que je les aurais vécues mille fois avant vous, et mille fois plus voluptueusement. Une seule fois suffira pourtant pour vous apprendre à me tourner le dos lorsque mon cul vous parle mieux de moi que ne le feront jamais vos lois, vos discours, vos frontières ou votre presse à scandales pour adolescentes en instance d'Alzheimer. Une seule fois bien mieux que mille de vos officiels et obligés passages sur le sol, chaque sol volé à la nature, n'importe quel coin rendu abject par la moindre de vos pensées secrètes qui fait se déféquer l'univers sur lui-même.

         Je suis le temps qu'il ne vous reste pas à vivre. Depuis hier soir comme depuis toujours, je suis les jours qu'il vous reste à pourrir. Je suis l'enfant du refus, de la négation et du rejet concupiscents. Le cercueil magnifique de vos promesses idiotes, le tombeau fleuri de vos infidélités à vous-même, le dernier rai de lumière opaque qu'il vous appartiendra de contempler quand je déciderai que j'aurai assez vomi le monde. Je n'ai pas d'honneur à offrir, juste le doigt qui va avec, et même le bras pendant que j'y suis. Et j'y suis tellement bien que je vais rester plus longtemps que ne le prévoit le contrat tacite, et immémorial, entre vous et toute l'injustice de n'être que des putains d'hommes et de femmes à la recherche d'un fossile d'avenir. Je suis et je serai pour vous, cette poésie translucide qui suinte de votre anus chaque fois que vous apprenez à lire entre les lignes d'un destin qui ne sera jamais le vôtre. Car j'ai déjà tout pris, il ne vous restera que les miettes d'y croire encore. Vous n'avez que ça à foutre : y croire. Je m'occupe du reste. Parce que je suis la fille aux sandales de plomb, aux cheveux de boue et au dos plus large que tous vos chuchotements réunis. Je suis la merde dans vos yeux, la pollution permanente de vos agendas si bien tenus, et encore toute une bibliothèque d'encyclopédies en kyrielle de volumes, avec tout plein de mots doux que je me promets d'être à jamais pour vous. Rien que pour vous qui m'avez privée du sable, de la terre, du bitume, de la prairie ; de partout où poser les pieds que vous m'avez coupés, une nuit où mon cul ne vous revenait vraiment pas. Vous non plus, vous n'en reviendrez pas. Ni de partout ni de moi. Je suis la fille aux sandales de pluie, voyez le désert qui vous attend bien après que vos pires cauchemars qui ont mon nom vous auront donné un avant-goût de tout ce que je promets de ne jamais vous épargner. Des sandales de pluie, le plus grand amour que je puisse me permettre. Dieu ou n'importe lequel de ses copains saura m'absoudre, ou je m'absoudrai toute seule, comme je l'ai toujours fait ; à vous autres pour qui mon cul vaut dix-mille de vos miroirs, je ne laisse que le droit d'attendre l'exercice ultime de l'espoir que je m'empresserai de vous rendre impossible. Le plus grand amour que je puisse me permettre, vous dis-je ! Des sandales de pluie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Ravie de constater que la plume te chatouille à nouveau
Répondre
P
Elle s'était abstenue pendant plus de deux ans, et elle aurait dû continuer : elle n'a guère évolué.. Je crois même qu'elle a sacrément régressé.
Bref, "chatouille", j'en suis pas sûr *_* De plus, le soir du "retour", Tigresse est partie. Un signe, j'te dis :)
Merci de ton passage, l'Irréductible ^_^
P
Revigorant:) (non non j'suis pas maso:))
Répondre

Nous sommes sociaux !