Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜


(Derrière toi)

Publié par Philament sur 29 Juillet 2015, 01:14am

Catégories : #Avenant aux con*trats... vaillants, #Poétisanes !

Crédit musique : via You-Tube. Tous droits réservés. Montage : @Sonia Gillart

 

          De petits pas sous le ciel, un petit pas dans la nuit. Le temps marche au son d'une flûte de pan, ou peut-être d'un ocarina taillé dans les cimes des arbres généalogiques, qui savent si bien faire dans la délation des ombres. De petits pas, comme autant de folies évitées de justesse, ou à faire d'urgence, selon que tu neiges ou que tu écumes. Le long d'un ruisseau où roucoule un brouillard fumeux, tu poses ton cœur qui te portait en bandoulière comme un sac de nuages dont on aurait retiré les yeux, les larmes et l'océan pour n'en garder que la pluie joyeuse d'un été railleur, et tu assois tes misères sur le paillasson des vaches. Il manque ici un ange pour recueillir le frisson du vent ou la sueur de dieu qui ira ensemencer la terre de tes rêves à venir. Il manque toujours un ange, si tant est qu'il puisse servir à autre chose qu'exister pour les âmes en jachère. Mais qu'importe s'il te manque, puisque sur l'herbe aussi mouillée que l'embouchure de ton regard tu crées soudain un clone de ce qui ne peut exister : un autre ange d'un autre âge, une entité orgasmique dont la seule tâche serait de parcourir le moindre de tes rêves pour vérifier qu'ils soient, l'un après l'autre, absolument conformes à l'impossible. Exactement passibles de mort, ou seulement susceptibles d'être réalisés par une armée de fantômes.

          Il manquera toujours un ange pour marcher dans tes pas ; ou peut-être bien qu'il te suffit d'un pas, aussi petit que l'horizon, pour n'être plus jamais l'ombre qui se contente de te suivre. Guide tes pieds, laisse les anges là où ils sont supposés être, et fais ce pas qui commande à l'avenir d'accourir vers la mémoire embuée qui porte ces rêves-là que tu fais, chaque nuit où personne ne vient te sauver. Car personne ne viendra. Autant espérer un ange pour de bon. Ou pire encore : autant qu'un ange se mette à croire que tu existes. Du reste, finalement, même un ange, ça marche... Ça doit marcher ! Pas de raison que ça ne marche pas comme ça devrait... C'est supposé savoir marcher sur les oeufs comme sur les eaux ; ça peut bien marcher sur la terre de tes rêves !

 

(...)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Phoceane 30/07/2015 02:14

Inviter l'insouciance,le temps d'une caresse et échanger mes petons contre ses ailes..

Philaments 31/07/2015 01:33

Belle convive que l'insouciance :-)

Nous sommes sociaux !